dimanche 5 octobre 2008

Oktoberfest VII à l'UdeS


Mercredi passé avait lieu l’Oktoberfest 2008 de l’Université de Sherbrooke. Je vais essayer de faire ça court, mais quelque chose d’assez spécial s’est produit…

Un. La majorité des gens présents à l’événement se sont procuré la choppe officielle de l’Oktoberfest VII de l’AGEG (Association générale des étudiants en Génie). Cette fameuse choppe est un récipient d’un litre. Étant donné que le remplissage de ce contenant équivalait à trois bières, il fallait s’attendre à ce que les gens présents soient assez réchauffés merci.

Deux. Un orchestre bavarois d’une moyenne d’âge de 70 ans a su nous divertir à fond la caisse.

Trois. Les Dales Hawerchuk ont su suivre avec brio la performance majestueuse de notre brochette d’abonnée à l’âge d’or alcoolique.

Quatre. Je suis revenu chez moi un peu déboussolé par la soirée arrosé et par le spectacle excessivement vivant des Dales. Je me suis finalement endormi sur le sofa dans les environ de 24 h 30 sans nécessairement le vouloir.

Cinq. Je me suis réveillé au cours de la nuit près de 4 h du matin par le bruit d’une personne endormie qui respirait de façon assez bruyante sur le plancher de l’entrée de mon appartement. Je me suis dit en riant que c’était le bruit de mon colocataire, car c’est son genre de vouloir se faire des blagues pour le lendemain matin… Mais non. Ce fût un total inconnu qui dormait sur mon plancher. Je l’ai réveillé et lui présenta la porte. Il était un peu sous le choc par la surprise de se rendre compte qu’il n’était pas totalement là où il devait se trouver. Il s’est excusé et est parti.

Six. Quelques instants plus tard, j’entendis quelqu’un cogner à la porte. C’était mon nouvel ami qui me fit remarquer qu’il avait oublié ses chaussures, car il les avait ôté et les avait placé avec les nôtres. Il s’est excusé une seconde fois et parti. J’ai barré la porte à double tour et je me suis couché dans mon lit.

Sept. Le lendemain matin, tout excité de raconter l’histoire à mon colocataire, ce dernier m’apprit avant que je débute mon histoire une chose assez spéciale. Il a vu la veille à son arrivé, dans les environ de 1 h 30 du matin, notre nouvel ami endormi sur le sofa à quelques pouces de celui sur lequel je dormais confortablement. Il a cru que je le connaissais, et est parti se coucher sans poser aucune question.

Si nous faisions un résumé tous ensemble.

Il est arrivé pendant que je dormais dans les alentours de 12 h 45. Il a retiré ses souliers. Il s’est couché sur un des sofas de notre salon à quelques pouces de moi. Il s’est levé pendant la nuit pour se coucher sur le plancher de l’entrée de mon appartement. Je l’ai réveillé vers 4 h du matin et est parti se coucher.

L’histoire ne fini pas là.

Notre nouvel ami est revenu le lendemain sur l’heure du midi en s’excusant mille fois de cette mésaventure en réclament la choppe qu’il avait oublié sur notre table du salon. Il nous a ensuite informé qu’il s’était trompé d’étage et était finalement notre voisin d’en haut.

Merci Oktoberfest pour cette soirée mémorable. Merci.

3 commentaires:

Louis Carl Pepin a dit...

haha! Excellente histoire! Très divertissante!
Hum... Oui, une chance qu'il ne t'est rien arrivé...
Continue de te soûler et de laisser la porte débarrée toi pour nous divertir!

Phil a dit...

Génie, génie! Un scénariste de comédie aurait écrit ça qu'on aurait refusé son projet pour cause d'invraisemblance.

M. Bonheur a dit...

Un gars qui se réveille dans un appartement inconnu après un party arrosé, n'était-ce pas la prémisse de base de "Three's Company"?